À l’heure du conformisme général

Libre de faire comme tout le monde

Il existe une force presque magique, qui maintient les individus et les sociétés dans l’inertie la plus totale. Qui amène une partie de la population à conspuer et à haïr toute forme de changement et ses hérauts. Qui fait fantasmer certains sur un ordre naturel et immuable des choses, qui bien sur, s’exprimerait à travers leur opinion… Cette force, c’est le conformisme. Bien sur, on ne peut la comparer aux forces fondamentales de la physique. Cependant, la psychologie expérimentale offre divers exemples attestant de l’existence de cette « force ».

D’abord la célèbre expérience de S. Asch  (1951):

Édifiant n’est ce pas ? On pense forcément au nombre de brillantes observations qui ont pu être fait par des individus, mais, nier par le groupe, ces pertinentes observations ont dû finir au placard. Que de savoirs jetés aux orties pour se conformer à l’avis d’une majorité dans l’erreur.Peut-être que ce mécanisme, s’il s’avère exister en soi, peut s’avérer intéressant pour fortifier la cohésion au sein d’un groupe, mais ne doit-il pas être combattu s’il amène à un déni de réalité ?

Autre étude de Stephenson, G.R (1967):

Impliquant cette fois de proches cousins dans le règne du vivant, les macaques rhésus : 5 singes furent placés dans une cage, où une banane était accrochée en hauteur, un petit escabeau permettant d’accéder à celle-ci. Assez rapidement, un singe se rue vers l’escabeau pour attraper la banane, mais lorsqu’il commence son ascension, l’expérimentateur asperge le malheureux ET les autres singes d’eau froide. Lorsqu’un autre singe ré-entreprend la même action, elle se conclue de la même manière, eau froide pour tout le monde. Le processus se répète jusqu’à ce que tous les singes aient compris l’inéluctable conséquence de l’initiative.

Dans un second temps, après que les 5 singes aient totalement assimilés, l’expérimentateur place un singe qui n’a pas vécu la punition à la place d’un autre singe. Comme on pouvait s’y attendre, le nouveau venu prend la direction de l’échelle, mais à ce moment-là, les 4 autres singes lui sautent dessus et le battent. Il n’essayera plus de récupérer la banane, sans savoir pourquoi il ne fallait pas essayer et sans avoir reçu la moindre goutte d’eau froide. On remplace de manière consécutive 3 autres occupant ayant subi la douche froide et le phénomène se répète à chaque remplacement.

Enfin, un dernier singe remplace le dernier des « anciens singes » et là le processus se reproduit, alors que factuellement, aucun singe ne reste de l’ancien groupe qui a subi les punitions.La majorité avait parlé, elle avait intégré une notion sans réalité objective et immuable,  elle avait fini par inculquer à d’autres individus ses règles, sous peine de passage à tabac…

Cela ne vous rappelle rien ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s